Intrigue

La Sainte Nuit - La légende de Noël de Ludwig Thoma

En 1915 le poète bavarois Ludwig Thoma, à l’époque en mal de vivre, écrivait cette histoire sous forme de poème, racontée en dialecte bavarois ancien. Le texte d’origine – inspiré de l’Evangile selon Saint Luc – constitue le cœur même de la pièce musicale d’Enrico de Paruta : « Heilige Nacht ».

 

A Nazareth

Sous le règne de l’empereur Auguste, le charpentier Joseph et sa jeune femme enceinte Marie, mènent une vie modeste dans la petite ville de Nazareth. Un écrit des autorités fiscales les somme de se rendre tous deux à Bethléem en vue d’un prochain recensement. Malgré le chemin pénible qui l’attend, Marie reste sereine. Il est dit dans les Ecritures qu’ils seront bientôt à Bethlehem.

 

Sur le chemin de Bethléem

Le lendemain matin, Marie et Joseph avancent à pas lourds dans la neige. Pendant une pause à la mi-journée, s’approche un attelage conduit par le riche Manassé. Railleur, celui-ci ne s’arrête pas et poursuit son chemin. Joseph est découragé. A ce moment apparaît le jeune ouvrier Hansei qui aide joseph à porter Marie épuisée jusqu’aux portes de la ville de Bethléem. N’ayant pas de papiers d’identité il prend congé d’eux sans y entrer. Si pauvre soit-il, Dieu le lui rendra certainement.

 

Des visiteurs étrangers

Marie et Joseph ne trouvent pas où passer la nuit à Bethléem. Le portier de l’auberge du « Cavalier » les renvoie brusquement. A l’hôtel du « Doux Agneau » ils ne sont pas mieux accueillis. Marie tente de dissimuler la faiblesse de son état. Soudain joseph se souvient d’une cousine qui habite Bethléem avec son mari fortuné Josias. Ces parents les accueilleront sûrement sous leur toit et leur donneront un repas chaud. C’est ce que croit Joseph. Mais celui-ci ne se leurre-t-il pas ?!

 

Chez Josias

La cousine et Josias referment brutalement leurs volets, non sans avoir invectivé les parents pauvres en quête d’un abri. C’est Marie qui encourage un Joseph complètement désespéré. Un étranger – sans doute un ange – leur indique le chemin d’une pauvre masure. Le vieux Simmei les accueille et leur prépare un gîte pour la nuit dans l’étable. Apprenant que Marie pourrait donner naissance à son enfant cette même nuit, Simmei est plein d’une touchante attention pour eux.

 

Une Sainte Nuit

La lune et les étoiles illuminent la nuit, la nature toute entière attend un événement important. Pendant qu’à Bethléem tout sommeille, la cousine est tourmentée par le remords. Elle reproche à Josias d’avoir renvoyé les étrangers. Une sévère dispute éclate entre eux deux. Pendant ce temps, dans une cabane qu’il partage avec des bergers, le jeune Hansei rêve qu’il est au Paradis devant Dieu le Père. Celui-ci lui dit qu’un jour il sera récompensé pour sa bonne action. A ce moment-là Hansei est réveillé par une voix : « Venez et rassemblez-vous ! Le moment tant attendu est arrivé ! »

 

Dans l’étable

Simmei n’arrive pas à trouver le sommeil et aperçoit une lueur intense qui émane de l’étable. Est-ce un incendie ? Mais il est pris par la solennité du moment. Dans l’étable, le Christ vient de naître. Les étoiles brillent de tous leurs feux, des anges chantent, le Ciel annonce la naissance du Christ. Alertés, les bergers accourent et Simmei les conduit dans l’étable. Un enfant y est couché dans une mangeoire : Le Rédempteur. Ils se prosternent et l’adorent en offrant leurs premiers vœux – simplement et avec sincérité, comme en ont l’habitude les petites gens. En se retirant ils donnent à Simmei le peu d’argent qu’ils ont. Ils le font de tout leur cœur et rentrent chez eux à travers la nuit. A Bethléem personne n’a rien ressenti. Mais vous qui allez à la Messe de Minuit, songez à tout cela et demandez-vous si cette histoire ne veut pas simplement dire que l’enfant Jésus n’a été vu que par des pauvres.

 

Traduction: Benoît Cliquet, München

© edp München 2009